Guimarães, là où bat le cœur du Portugal

Sabrina Penaud1 juin 2012 0
Guimarães, là où bat le cœur du Portugal

Il fait aussi bon flâner dans le dédale des ruelles moyenâgeuses que profiter de la diversité des manifestations culturelles, particulièrement riches cette année.

A 45 minutes en train de Porto (depuis la jolie gare Saint Benoît, Guimarães vaut bien une visite, en particulier cette année puisque cette ville moyenne (52 000 habitants) est consacrée par l’Unesco « capitale paneuropéenne la culture 2012 ». Les habitants, et les Portugais en général, étaient déjà très attachés à cette cité qu’ils chérissent comme étant le berceau de la nation : c’est là que vécut (et peut-être naquit) le premier roi, Alfonso Enriquez, qui libéra le pays des invasions maures et de la tutelle espagnole.
L’impressionnante forteresse qui domine la ville et le Palais, tout aussi imposant, des Ducs de Bragance, construit au XVe, sont les emblèmes majeurs de ce passé fondateur. Cette demeure seigneuriale, inspirée de l’architecture de l’Europe du Nord, est devenue un musée qui conte l’histoire des découvertes maritimes portugaises. Mais le premier étage sert toujours de résidence officielle au chef de l’État, qui y vient parfois à l’occasion des cérémonies officielles.
Des couvents, des églises, des maisonnettes à balcon de bois, des places aux contours irréguliers, des ruelles joliment pavées… le centre historique, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2001. est un lieu où il est agréable de se promener à pied, de jour comme de nuit.

Mais c’est aussi parce que la ville a choisi la création artistique et culturelle pour redynamiser son économie en déclin il y a une trentaine d’années qu’elle a été distinguée cette année par l’Unesco au titre de la culture. Grâce à son université (dédiée à l’ingénierie), à la Cité du design (pépinière de projets et de micro entreprises), au centre culturel Vila Flor, etc…. la ville est l’une des plus jeunes et des plus dynamiques d’Europe. L’esprit créatif et entrepreneurial est encouragé de multiples manières, comme en témoignent des centaines de manifestations autour de la musique, du théâtre, de la danse, de la peinture, du cinéma…, manifestations qui existaient déjà et auxquelles le label de capitale culturelle donnent seulement une nouvelle ampleur. D’ailleurs cette année exceptionnelle se terminera le 21 décembre par une cérémonie de « non-clôture », tant les projets sont inscrits dans la durée et le cœur des habitants.

Séjourner à Guimarães

Aux hôtels modernes, on peut préférer les maisons d’hôtes, (comme la casa de Sezim, dans la même famille depuis le 14è siècle), ou les pousadas, demeures historique discrètes (Casa dos Pombais) ou majestueuses (Santa Marinha, couvent du 12è s.), mais toujours haut de gamme.
Côté culinaire, à Guimarães, sont à l’honneur les pâtisseries : jesuitas, canilhas chinesas et autres tortas… Quant au plat national, le bacalhau, vous pourrez faire tous les restaurants de la ville (une mention particulière au modeste Pimenta Moscada), vous ne mangerez jamais la même chose : les Portugais s’amusent à dire que si nous avons 350 sortes de fromages, eux ont 350 façons de cuisiner la morue séchée… En matière gastronomique aussi, la création est à l’œuvre.

Infos pratiques
Programmation manifestations « capitale européenne de la culture 2012 ». Bon à savoir : le billet le plus cher est à 10 € la place ! www.guimaraes2012.pt
Office de Tourisme du Portugal: www.visitportugal.com
Office de Tourisme de Porto: www.portocvb.com
Vols TAP Portugal (4 vols/jour Paris-Orly-Porto – à partir de : 133 € a/r) :
0 820 319 320 ou : www.flytap.fr

Texte et photos Evelyne Simonnet

Laisser un commentaire »