Corse, différentes façons d’aborder l’ile

Sabrina Penaud24 mai 2012 0
Corse, différentes façons d’aborder l’ile

La Corse est une île impressionnante à bien des égards. Son caractère, sa personnalité, sa splendeur en font une destination à part, très même trop prisée en été. Son surnom d’île de beauté se vérifie au détour d’un village de montagne, d’un paysage, du bleu de la mer… Et puis il y a les Corses, leur accent, le rythme de vie, comme une sorte d’alchimie qui fait que…

La Corse se déguste comme un petit gâteau moelleux dont on détacherait de petits morceaux avec les doigts ! un jour vers le nord, un autre au centre et ainsi de suite… un excellent moyen de découvrir toute la diversité dont bénéficie l’île. La rédaction a donc posé ses valises du côté d’Aléria (Est) à la résidence Sognu di Mare dans la marine de Bravone (voir encadré) et vous propose de découvrir quelques sites lors d’un court séjour. Pour visiter l’île de cette manière il est bon de prévoir ses vacances en juin ou en septembre, cela permet de profiter pleinement du beau temps et des sites sans la cohue !
C’est non loin de Bravone que peut se dérouler une première journée. Une occasion de découvrir de belles randonnées, de fabuleux paysages et une route étroite absolument extraordinaire qui surplombe le rivière et longe la paroi rocheuse. Ces défilés de l’Inzecca et des Strettes mènent au village de Ghisoni. Sur la route il est une balade de niveau moyen à découvrir en famille. Cette randonnée grimpe de manière régulière pendant deux petites heures, elle est peu fréquentée (en tout cas au printemps) et offre un bel éventail de la nature corse, le bruit de la rivière en contrebas, le chant des oiseaux, la densité du maquis et la beauté de la montagne. Ce chemin très caillouteux nécessite de porter des chaussures de marche. Une fois au sommet c’est un tapis de verdure propice au pique-nique ou au bivouac qui vous attend. La randonnée peut se poursuivre pour les plus grands marcheurs. La montagne qui surplombe Ghisoni offre un impressionnant panorama sur la région, en été le lac de Bastiani fait l’objet d’une jolie randonnée.
Toujours non loin de la marine de Bravone, une étape culturelle s’impose à Aléria pour découvrir les vestiges romains de cette cité fondée par les Phocéens à la même époque que Marseille, soit au VIème siècle avant J-C.
Il est des villes de l’île qui par leur histoire, leur situation géographique reflètent toute l’âme corse, toute sa fierté. C’est le cas de Corte, cœur du Centru di Corsica. Cité historique et universitaire, Corti a été capitale de la nation Corse de 1755 à 1769 sous le gouvernement du général Pascal Paoli. Bâtie au pied de sa citadelle qui domine de son « nid d’aigle » les vallées encaissées des rivières du Tavignu, de la Restonica et de l’Orta, Corte offre une vue imprenable sur les environs. Un parcours patrimonial est proposé dans les hauteurs de son centre historique. De petits bars en ruelles, c’est une vraie découverte. Côté nature, c’est un véritable bonheur que de découvrir cette région et son parc naturel. Rando, sports d’eau vive, VTT… le cadre se prête à tout un panel d’activités avec en prime une beauté à couper le souffle. La vallée de la Restonica vous offre à voir toute la splendeur de la nature corse. La rivière qui forme de véritables petits bassins où il fait bon se rafraîchir l’été après une rando, la route étroite dominée par la roche, la montagne qui surplombe… Un parcours balisé permet d’atteindre les lacs de Melo et Capitello à 1700 et 1930 m d’altitude., Sur le chemin de cet itinéraire qui nécessite des chaussures de rando, on peut faire étape à la bergerie L’Altore et y acheter quelques fromages, le tout dans un cadre particulièrement rustique ! Après avoir crapahuté jusqu’au lac de Melo on se pause au bord de l’eau pour se restaurer et savourer les paysages.
Direction ensuite le sud de l’île, beaucoup plus touristique. Il faut dire que les plages sont toutes de petits bijoux dont on ne se lasse. La région de l’Alta Rocca et le village de Zonza pour la découverte des aiguilles de Bavella qui attirent un très grand nombre de randonneurs durant l’été. La route qui mène au col de Bavella (1218 m) est un bonheur pour les yeux, la forêt s’étend sur près de 900 ha. De nombreux sentiers balisés font le bonheur des randonneurs qui peuvent faire le tour du col et permettent d’atteindre le Trou de la bombe. A moins de 20 km se trouve Porto-Vecchio, une séance relax s’impose alors sur le plage de Palombaggia, l’une des plus belles plages de l’île.
Le retour de Bravone vers Bastia est l’occasion d’une étape à Nonza le long du golfe de Saint Florent. Splendide village surplombant la mer, Nonza présente une tour carrée accrochée à la falaise souhaité par Pasquale Paoli (général de la Nation Corse en 1755) pour assurer la protection du Cap Corse. Du site on découvre une immense plage de galets noirs, comme preuve supplémentaire de la diversité de l’île.
Ces sites ne sont qu’une infime partie de tout ce que la Corse offre à découvrir. Et comme un célèbre héros de BD qui a eu son heure de gloire en Corse, nous vous donnons rendez-vous dans un prochain épisode. A suivre…

Deuxième idée de séjour, une escapade de 3 jours dans la baie de Porto Vecchio à la découverte de ce petit coin de paradis entre rando sur le GR20, découverte des plages et balade en mer. Version routard éco en camping ou plus confort en hôtel, chacun choisit sa formule. Un parcours à s’offrir sans crainte de la foule jusqu’à la mi-juillet puis fin août, début septembre.

72 heures en Corse du Sud
Version mer et montagne

Jour 1

18 heures, Marseille. Le paquebot Monte d’Oro quitte le port autonome de la cité phocéenne vers Porto Vecchio en Corse du Sud. L’arrivée est prévue vers 8h30 le lendemain matin. En fauteuil ou cabine, la nuit devra être bonne, un petit bout de GR20 est au programme à venir. Arrivé à destination, impossible de se priver de l’occasion de prendre un petit déjeuner face au port et caressé par un rayon de soleil annonciateur d’une belle journée. Passé ce moment à savourer d’avoir posé le pied sur l’île de beauté, il est temps de prendre la route des Aiguille de Bavella dans le massif de l’Alta Rocca. Sur la petite route qui grimpe, le panorama offre une vue imprenable sur la baie de Porto Vecchio et le maquis. Le lac d’Ospedale mérite une pause rapide pour découvrir le site, mais il ne faut pas mollir, le timing est serré. Direction le village de Zonza, perché sur les hauteurs. Les habitants y sont accueillants et les commerces locaux permettent de faire quelques provisions pour la randonnée à venir : un grand pain, une grappe de tomates, des oignons frais et une incontournable part de fromage corse de brebis. La petite boucherie située sur le bord de la route mérite une pause pour discuter le bout de gras avec le typique et non moins sympathique patron. Camping ou hôtel, à vous de voir, la première option permettant de planter sa tente et de passer la nuit pour la modique somme de 14 euros (2 personnes). Le barda posé et les chaussures de rando enfilées, il est grand temps de se diriger vers les Aiguilles de Bavella pour atteindre le point de départ de la rando de Paliri sur le GR20. Le parcours s’effectue en 4/5 heures, sur un terrain accidenté mais praticable par le plus grand nombre. Le petit déj’ du port doit vous permettre de tenir la première partie du sentier. C’est un festival de paysages tous plus magnifiques les uns que les autres qui illumine les yeux du randonneur. Côté Aiguilles ou côté baie de Porto Vecchio, on en prend plein la vue et il faut savoir prendre le temps d’admirer l’ensemble. En un peu plus de deux heures de marche (en rythme tranquille), le sentier vous entraîne sur une vaste zone de verdure moins dense où, entre rochers et source d’eau pure, se plante le refuge de Paliri. On y dort, se restaure, se douche ou bien on plante sa « guitoune » pour la nuit. Le gardien Jean-Baptiste assure un accueil sympa et sait être une mine d’informations sur le Parc naturel régional. Assis au soleil, c’est le moment de sortir son Opinel et d’attaquer fromage et tomates : un grand moment de bonheur et de quiétude. Avant de repartir , il faut rejoindre la terrasse du refuge pour s’offrir une boisson gazeuse locale et discuter avec les autres randonneurs et le gardien des lieux, pince sans rire, qui gagne à être connu. Le retour s’effectue un peu plus rapidement que l’aller, avec quelques passages où il faut grimper ! Début de soirée, une agréable fraîcheur se ressent à l’ombre des arbres centenaires, fourbu mais ravi par cette rando, il faut regagner Zonza. Dans le village, les terrasses se remplissent doucement et une légère rumeur de voix mêlée à de la musique corse s’élève. Pizzeria ou spécialités locales, les restaurants sont attrayants et la soirée peut enfin débuter avec un verre de rosé bien frais.

Jour 2

Après une bonne nuit récupératrice, il faut quitter la montagne pour la mer et les plages de la Corse du Sud. Au programme : Santa Giulia, Palombaggia et un petit tour dans le vieux village de Porto Vecchio. Sur la route qui descend vers la grande bleue, qu’il est doux de faire une pause à Ospédale et plus précisément au bar restaurant U Funtanonu. Une petite terrasse ombragée sur la bord de la route, un accueil très agréable, le soleil, les arômes de la cuisine qui sera servie pour le déjeuner qui viennent doucement bercer les papilles, encore un grand moment de bonheur !
Parvenu au niveau de la mer, même punition que la veille, il faut choisir son hébergement. Hôtel ou camping le choix est vaste, attention toutefois : après le 14 juillet réservation obligatoire !
Changement d’équipement : paréo, tongs et indispensables masques et tubas pour découvrir les eaux claires de l’île. La baie de Porto Vecchio est une réserve de plages de sable blanc, de granit rose, où il fait bon se poser dans de petites criques. Pinarella en est un exemple de toute beauté et c’est un grand plaisir de s’y baigner en appréciant le coucher du soleil.
Soirée à Porto Vecchio. Apéritif sur les hauteurs au cœur de la place du vieux village, sous un splendide et majestueux tilleul. Pour la suite, une multitude de petits restau se côtoient dans les ruelles du centre historique. On y épluche les menus proposés, rentre dans quelques boutiques et finalement on se pose sur une terrasse pour savourer un poisson grillé ou une spécialité locale. Il y a du monde, une ambiance estivale mais mieux vaut éviter le grand rush de l’été pour apprécier pleinement le moment.

Jour 3

Journée sur l’eau, y compris avec le retour sur le Continent ! Lecci, la plage de Saint Cyprien, petite station balnéaire et sa boutique de location de bateaux. La balade que nous vous proposons nécessite de posséder un permis bateau côtier de manière à pouvoir partir sur une embarcation suffisamment puissante pour naviguer tranquille en cas de vent. Une nouvelle fois, c’est du grand spectacle que cet itinéraire dans la baie de Porto Vecchio. Cap sur la pointe de la Chiappa, l’île du Taureau, la réserve de Scandola où il est interdit d’accoster pour ne pas déranger les différentes espèces d’oiseaux qui vivent ici assez bruyamment ! Pour le pique-nique du midi, mouillage dans la calanque de Porto Novo, totalement vierge pour cause de construction interdite. Une baignade s’impose avec masque, palme et tubas pour observer les fonds marins, les poissons et les oursins qu’il est interdit de ramasser entre le 01 avril et la 30 novembre. Bronzage, grignotage, trempage… c’est le bonheur absolu. Toujours avec un œil sur la montagne environnante. On se redirige ensuite vers le phare où une fois de plus on peut plonger pour observer l’épave de la Séminante qui gît à 6 mètres de fond. Plus loin, l’anse de Saint-Cyprien offre de très belles baignades, des petites plages avant de prendre le chemin du retour. Une dernière étape au bar de Porto Vecchio, devant le port où a débuté ce périple, avant d’embarquer une nouvelle fois dans le Monte d’Oro, direction Marseille. Le maquis corse s’éloigne peu à peu mais dans son sillage le bateau entraîne de fabuleux souvenirs et l’envie de revenir bientôt pour accoster sur une autre côte de l’île…

Nos adresses pour partir, dormir et manger :

Renseignements sur le site www.visit-corsica.com

Parc Naturel Régional de Corse
www.parc-corse.org
Réservation des refuges

A Zonza
Office de tourisme : 04 95 78 56 33
Pour les restaurants
Notre coup de cœur pour dîner :
Le Randonneur : très bon accueil, musique corse, pizzas excellentes, rosé bien frais à un tarif très raisonnable. Tél. 04 95 78 69 97

A Ospédale
Bar restaurant U Funtanonu : 04 95 70 47 11

A Porto Vecchio
Office de tourisme, rue du Dc camille Rocca : 04 95 70 03 72

Texte et photos : Sabrina Penaud

Laisser un commentaire »